Pour retrouver son énergie et participer au changement collectif avec joie ! 

Dans cet article,  tu vas découvrir des outils simples pour agir avec du sens, à ton rythme, en accord avec ton environnement et ne plus se sentir coupable ou dépassé dans ta vie de tous les jours !

L’écologie intérieure est particulièrement utile, car si l’on est en accord avec notre mode de consommation, de préparation des aliments , nos modes d’achat (en vrac,bio ou local), alors on a aussi une influence sur notre environnement !

Tu trouveras ici ton journal de bord personnalisé avec toutes les étapes de l’écologie intérieure proposées qui te seront utiles.

Trop d’obligations au quotidien ?

Dans notre quotidien, nous passons notre temps à tenter de gérer le temps, les finances et les contraintes familiales ou professionnelles, mais nous nous sentons parfois submergés et coupables de ne pas être en accord avec nos valeurs. Alors si on doit en plus montrer l’exemple en matière d’écologie, la pression devient trop grande. 

Pourtant, on sent bien qu’il nous faut changer quelque chose, que l’état de la planète se dégrade, mais on ne va pas encore se former à ça ! Comment faire face alors à l’éco-anxiété dans notre activité quotidienne, sans se juger, ni avoir peur de l’avenir ?

L’écologie intérieure, en plus de nous proposer des clés que nous pouvons utiliser au quotidien, va plus loin que le simple développement personnel. En effet, cette pratique, nous permet un changement de paradigme, de manières de nous représenter le monde, pour définir nos actions pour environnement idéal à l’aide d’une transformation intérieure. Chacun à son rythme, à son niveau !

Alors, embarquons dans ce voyage intérieur qui ne te prendra que quelques minutes … !

Entre idéal et réalité 

Nous souhaitons donc associer un vie équilibrée et épanouie, un travail qui nous corresponde, une consommation responsable. Nos valeurs transparaissent aussi dans la place que nous avons dans la société et dans l’économie.

Malheureusement, lorsque nos modes de consommation ne tiennent pas compte de l’écologie, nous sommes décalés par rapport à nos valeurs et à notre environnement.

Dans notre vie privée, nous avons aussi besoin d’énergie et de nous ressourcer. Depuis quand n’as-tu pas pris un moment pour toi, vraiment pour toi, et pas pour gérer tous les impondérables du quotidiens ?

Quelle est l’histoire que l’on se raconte ?

En quoi consiste l’écologie intérieure ? Dans ses livres sur l’Écopsychologie et Se libérer du consumérisme ou lors de ses ateliers, Michel Maxime Egger s’appuie sur le Travail qui relie de Joanna Macy pour aller vers une écologie du désir

En fait, tu as le choix entre trois histoires :

1. Business as usual : tu continues dans ton quotidien à consommer comme tu l’as toujours fait, sans privilégier par exemple les circuits courts !

2. La Grande désintégration : toutes ces histoires d’environnement te stressent beaucoup trop, du coup tu te sens mal, même physiquement, et ça t’empêche d’agir !

3. Le Changement de cap : tu te dis que tu vas te poser, voir ce qui cloche dans ton environnement direct et te demander quelle action tu pourrais entreprendre au quotidien !

Le Changement de cap inclut trois dimensions qui se produisent simultanément et se renforcent mutuellement : la résistance pour la défense du vivant, les systèmes et pratiques de soutien du vivant et le changement de conscience.

Tu es peut-être déjà un méditant-militant  ou impliqué dans une association qui prône une action consciente pour l’environnement. Si c’est le cas, les questions suivantes t’aideront à voir où tu te situes et ce que tu peux faire pour utiliser au mieux tes ressources au quotidien. Si ça n’est pas le cas, ça n’est pas grave ! Tu vas découvrir des outils qui t’apporteront des sources de satisfaction réelles et durables, tant dans ta consommation, que dans ton activité, et te permettront surtout de gagner du temps et de l’énergie.

Les sources de satisfaction

Il existe deux types de sources de satisfaction

  • Les sources secondaires de satisfaction, immédiates, qui nous poussent à acheter ce qui nous fait envie et non pas ce qui nous fait plaisir, pour avoir une place dans la société, parce qu’on se compare aux autres,…  . C’est “l’avoir” et  “le paraître” qui nous conduisent à consommer en quantité, de manière stressante, compulsive, qui épuise notre énergie de désir et ne nous satisfait pas .
  • Les sources primaires de satisfaction, à plus long terme, qui nous conduisent plus à consommer ce que nous désirons vraiment, ce qui nous apporte un plaisir réel avec des valeurs de coopération par exemple. Notre consommation est alors d’une plus grande qualité pour nous et pour l’environnement. Elle nous apporte plus de satisfaction et vise à notre épanouissement.

On pense souvent que c’est trop compliqué et que se remettre en question peut même être contre productif, alors que c’est tout le contraire, cela nous redonne une énergie merveilleuse !

Les outils pour agir

En ce qui concerne notre vie intérieure et notre vie extérieure, il y a la partie émergée de l’iceberg, ce sont les symptômes visibles des modifications environnementales (réchauffement climatique, surexploitation des ressources, déséquilibres sociaux qui en découlent, …) ne constitue que 10 % de toute l’histoire. En-dessous, la partie immergée est composée des systèmes et des structures qui nous entourent (politiques, sociales, économiques), des valeurs et des croyances, des paradigmes de la pensée définis aussi comme l’ensemble des manières de se représenter le monde.

source : Michel Maxime Egger, U-theory, playbook.noulab.org

1/ Les 4 R et l’émerveillement

En pensant à tout cela, tu peux te mettre au calme pour faire les exercices suivants, les uns après les autres. N’hésite pas à y revenir plusieurs fois ! 

Commençons par profiter avec le 4R : Ralentir, Respirer, Regarder, Ressentir.

Tu peux prendre un instant pour intégrer ces 4R dans ton corps.

Puis pense à un micro-moment de bonheur et de joie

Ces moments peuvent se dérouler dans la nature, avec une personne, une musique, en se remémorant un sourire ou phrase de la journée. 

Pense à ce moment avec l’image, que ressens-tu ? Dans le corps ? De la douceur, de l’apaisement ? Quelque chose d’autre ? Quel sentiment te vient ? De la joie, de la surprise, de l’étonnement ? 

Savoure ce que t’apporte cet instant présent ! Tu pourras te le remémorer tout au long de la journée ou dans les moments difficiles.

Il  y a peut-être des émotions qui accompagnent ces réponses. Prends aussi du temps pour les accueillir avec bienveillance et les composter !

On sait qu’un exercice d’émerveillement 4 fois par jour de 20 à 30 secondes permet de remodeler notre système nerveux autonome, responsable de notre stress ou au contraire de notre apaisement. On a même pu le prouver par imagerie médicale (voir la série Les pouvoirs extraordinaires du corps humain sur le cerveau). Notre cerveau s’entraîne donc comme un muscle, grâce à ces petits exercices réalisés avec discipline et régularité pour que cela devienne un réflexe.

2/ Les questions utiles 

Tu peux prendre ensuite une feuille de papier et une inspiration profonde pour répondre à ces questions. Tu peux aussi aller dans un lieu apaisant pour y répondre, comme par exemple un coin de nature. 

  1. Qui suis-je ? 
  2. Quel est mon désir ?
  3. De quoi ai-je peur ?

Ces questions, toutes simples, méritent qu’on y reviennent également plusieurs fois.

On peut ensuite se demander, pas avec la tête, mais avec le coeur :

1. Si tu es sincère avec toi-même, dans quelle(s) histoire(s) es-tu, Business as usual, la Grande désintégration, le Changement de cap, et pourquoi  ? 

2. Dans quelle histoire désires-tu être ? Pourquoi en réalité ?   

3. Qu’est-ce qui t’empêche d’être dans cette histoire-là ?

4. De quoi aurais-tu besoin pour effectuer ce passage vers cette histoire ? 

A nouveau des émotions peuvent surgir, accueille-les tranquillement !

Il ressort souvent des pépites lors des ateliers d’écologie intérieure qui peuvent être utiles, en voilà deux :

  • Certains décident d’avancer pas à pas, à leur rythme, en conscience et avec confiance. On n’est pas tous Greta Thunberg, mais on fait sa part, modestement à son niveau !
  • D’autres personnes décident juste de “manger en conscience”. Prenons cet exemple, pour illustrer ce que l’on peut faire dans la vie courante. Cela inclut non seulement la manière de manger, mais aussi la qualité de la nourriture que nous apportons à notre corps, la manière dont cette nourriture a été cuisinée, produite, sa provenance, lointaine ou locale, la manière dont on l’a achetée, chez un petit producteur ou en supermarché, en vrac ou dans un emballage plastique, ainsi que que tout le parcours de cette nourriture jusqu’à notre assiette. On peut ainsi être conscient et plein de gratitude lorsque la nourriture arrive à notre bouche !

3/ Le Travail qui relie 

La spirale du Travail Qui Relie, tirée du livre de Joanna Macy L’espérance en mouvement, permet d’identifier son désir profond et ses ressources.

source : workthatreconnects.org

Le Travail qui relie consiste en des stages ou ateliers de plusieurs jours accompagnés par des personnes formées au préalable au cours desquels les participants suivent 4 étapes : 

•  S’enraciner dans la gratitude pour réorienter son regard, souvent tourné vers des éléments à consommer ou à produire.

•  Reconnaître et honorer notre douleur pour le monde, pour que les participants puissent exprimer leurs émotions vis-à-vis de l’état de la Terre.

•  Voir avec des yeux neufs, que tous les êtres existants ou ayant existé sur la terre sont connectés, que nous faisons partie de ce tout et que nous avons le pouvoir d’agir ensemble pour une société plus durable.

•  Passer à l’action, l’intérêt de cette étape est aussi de repérer autour de nous, les appuis possibles qui nous permettraient un changement de cap.

Plusieurs activités sont donc proposées pour chacune des étapes, pour accompagner les participants pour se relier à la « toile de Vie » et aller vers une action créative.

En tant qu’individu, même si nous ne suivons pas de stage, nous pouvons tout de même nous inspirer de ces étapes et notamment en repérant dans notre région les personnes, les groupes ou les actions que nous souhaiterions soutenir.

4/ Pour améliorer ton énergie

Donc de quoi, as-tu vraiment besoin ? La réponse est souvent la même : de temps, d’argent et d’énergie. 

Et si tout était lié ? Si juste le fait de changer de regard, de se déposer et de prendre du temps pour soi, pour se réorienter et “être vrai” dans son action était la solution. 

Voici un petit questionnaire, toujours tiré du Travail qui relie qui est plus efficace quand il est pratiqué avec une autre personne qui pose les questions, note les réponses et les restitue sous forme orale, dans un effet de miroir ! Tu pourrais le faire avec un-e ami-e, par exemple.

1. Que désires-tu le plus faire pour la guérison de la Terre ?

2. Quel projet réaliste pourrais-tu mettre en place dans l’année à venir ?

3. De quelles ressources intérieures (qualités, compétences, etc.) et extérieures (relations, argent, etc.) disposes-tu déjà pour ce projet ?

4. Quelles ressources internes ou externes aurais-tu besoin d’acquérir ?

5. Quels obstacles (mentaux, matériels, etc.) pourrais-tu dresser toi-même sur ton chemin ?

6. Comment pourrais-tu surmonter ces obstacles ?

7. Que pourrais-tu faire prochainement, même s’il s’agit d’un petit pas, pour te rapprocher de cet objectif ? 

Tu pourras ensuite échanger tes idées avec celles de ton ami-e. Ces moments de partage, régénérant et ressourçant, t’aideront à mettre juste la bonne énergie dans ta vie personnelle, familiale et professionnelle.

5/ Ton environnement idéal

Quelle serait ton environnement idéal ? Quelle action pourrais-tu entreprendre dès aujourd’hui ? L’idée ici est de penser à un pas individuel et un pas de groupe que tu souhaiterais faire.

1. Quel type d’engagement prioritaire me parle le plus et pourquoi  ?

2. Quels pas je pourrais prendre pour incarner d’avantage ce type d’engagement ? Individuels et en groupe ?

Pour t’inspirer, voici quelques exemples tirés du MOOC de l’Université des Colibris sur la Transition intérieure :

  • Réunions thématiques de groupes locaux pour vivre ensemble des pratiques et s’offrir du soutien mutuel : méditation, travail qui relie, partage d’émotions, groupes de paroles… ;
  • Intégration de la dimension transition intérieure dans la vie des groupes : météo d’entrée et de sortie de réunions, réunions spéciales “être ensemble”, pratiques pour faire davantage connaissances, pour éviter l’épuisement, pour célébrer… ;
  • Mobilisation des habitants du quartier en tenant compte des théories et étapes du changement ;
  • Création collective d’une vision attractive comme boussole des groupes et projets ;
  • Gérer les conflits de manière transformative et à l’écoute de nos propres ombres ;
  • Création d’un réseau de thérapeutes en soutien à la transition/ aux transitionneurs ;
  • Travail sur la dimension non-violente de l’économie, les cercles de dons… ;
  • Formation transition intérieure + développements futurs ;
  • Formation “écopsychologie” 

MAINTENANT, ÉCRIS TROIS ENGAGEMENTS QUE TU SOUHAITES PRENDRE !

Après tout ça, pas de doute, tes actions auront du sens en tant qu’individu, consommateur, mais aussi en tant que citoyen !

Un engagement qui a du sens 

Il arrive souvent que les personnes se disent “Et si je n’ai pas le temps ?” Tu peux bien sûr fractionner tes réponses, mais ton journal de bord personnalisé et les ressources pourront aussi t’aider à aller à ton rythme. Le principal bénéfice de ces exercices est l’énergie et le sens que tu vas acquérir grâce à ce travail dans ta vie de tous les jours, notamment en posant les jalons vers la sobriété heureuse, pour citer Pierre Rabhi.

Ce qui m’a particulièrement plu dans les ateliers d’Écologie intérieure, ce sont les outils pratiques pour se libérer du consumérisme et aller de l’avant dans mon activité. Ils ne sont pas culpabilisant et aident chaque personne à son niveau ! Les deux pistes suivantes m’ont été particulièrement utiles :

  • 1ère piste : la conscience accrue que tout est lié.
  • 2ème piste: le travail sur l’imaginaire avec deux puissants moteurs de changement, la créativité et la joie

Pour te donner des idées, voici quelques autres pistes à cultiver, que tu pratiques peut-être déjà, pour être alignés au niveau individuel, familial ou professionnel :

  • La dimension de reliance profonde avec soi-même les autres, la nature et le vivant. 
  • La qualité de la présence ici et maintenant
  • Apprécier chaque chose que la vie peut apporter
  • Le contentement à désirer ce que l’on a déjà, se satisfaire au lieu de se plaindre
  • La sobriété liée à la joie, qui conduit à la gratitude
  • “S’émerveiller du miracle permanent de la vie”
  • Une invitation au partage pour une communion profonde avec les autres, avec la terre et le plus grand que soi

J’espère que ces outils t’aideront à porter un regard neuf sur tes actions au quotidien, avec créativité et joie ! 

Tu peux aussi nous rejoindre lors de l’un de nos ateliers nature et écologie intérieure.

Pour aller plus loin n’hésite pas à partager en commentaire les trois engagements que tu as pris.

Remerciements

Un tout grand merci à Alexia Rossé du laboratoire de transition intérieure pour sa relecture attentive et à Émilie Grau de slowpreneurs.com pour sa bienveillante impulsion. Cet article se trouve aussi sur son site.

Ressources

Joanna Macy & Chris Johnstone : 2018. L’espérance en mouvement : Comment faire face au triste état du monde sans devenir fous. Editions Labor et Fides

Michel Maxime Egger : 2017. Ecopsychologie : Retrouver notre lien avec la Terre. Editions Jouvence.

Michel Maxime Egger : 2020. Se libérer du consumérisme : Un enjeu majeur pour l’humanité et la Terre. Editions Jouvence.

Pierre Rabhi : 2010. Vers la sobriété heureuse. Edition Actes Sud.

Les pouvoirs extraordinaires du corps humain: Mémoire, concentration, anti-stress : comment stimuler notre cerveau. France 2, 2 mars 2021.

Pour aller plus loin

1 commentaire

  1. Mes trois engagements :
    1. Continuer et faire perdurer le groupe de transition intérieure auquel je suis reliée.
    2. Continuer à proposer des ateliers orientés vers l’écologie intérieure,
    3. Continuer à me former, tout en me laissant du temps pour rêver à un monde meilleur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Follow Me!